mercredi 29 juillet 2015

LES PROMESSES LÉGISLATIVES ÉLECTORALISTES DES CANDIDATS CONCERNANT LE SECTEUR HAÏTIENS DES AFFAIRES

Les élections approchent. Les candidats veulent nous séduire avec leurs discours remplis de promesses. Je suis autant que je peux les débats des candidats. C’est important de savoir comment pensent nos futurs dirigeants. Je les écoutes donc parce que je cherche les candidats qui promettront des propositions de loi susceptible d’améliorer l’univers haïtien des affaires.

Mais jusqu’à aujourd’hui, je n’ai pas encore entendu un telle discours. Ce que j’ai entendu par contre, ce sont des promesses de création de banque de développement ou de crédit pour la création de PME. Il y a plusieurs variantes mais en substance c’est le même discours. Afin de mieux comprendre mon point de vue, je vous présente rapidement l’idéologie à laquelle j’adhère et mes tendances philosophiques : je suis capitaliste, matérialiste, de philosophie et d’économie libérale sans tomber dans le néo-libéralisme que je trouve tout aussi illusoire que le marxisme. Politique, je suis plutôt centriste du genre social-démocrate (merci à mes amis qui ont au sein de plusieurs débats philosophiques permis de me fixer sur ce point, spécialement à Ralf Jean Baptiste). J’ai donc deux problèmes avec ce discours de banque “publique” de développement :

Premièrement, la question de création de banque de développement pour la création d’entreprise en elle-même. Pourquoi? Parce que l’entrepreneuriat est le sens de la vision et de l’initiative. La création de banque “publique” de développement ne fera qu’enfouir encore plus profondément notre culture d’assistanat. Un entrepreneur ne se fait pas assister, il cherche des solutions innovantes aux obstacles qui lui font face dans le monde qui est le sien. Un entrepreneur assisté ne vit pas le risque inhérent à son métier. Et que dire de la gestion de l’Etat? La mauvaise gestion seconde nature de l’administration publique se répercuterait sur les plans de l’entrepreneur soit à cause de retard de l’octroi du crédit ou autres raisons.

Deuxièmement, les candidats tentent un discours populiste sur la question de l’entrepreneuriat. Bien sûr! Car le discours se base sur une entreprise pour tous et les candidats savent très bien que cela n’est pas l’option idéale. Oui, nous avons besoins de plus d’entreprises pour le développement. Mais, ceux qui existent déjà disparaissent à cause de la tendance économique et juridique. De mon point de vue (probité intellectuelle oblige!), il faut un renforcement ou plutôt une modernisation de la législation d’affaires. C’est ce genre de discours de la part des candidats qui devrait intéresser les entrepreneurs.

Beaucoup de lois devraient être votées, à commencer par ceux qui sont déjà déposées au Parlement : les lois sur la signature et l’administration électronique qui devrait facilite grandement la vie des entrepreneurs. Ensuite : la concurrence déloyale, les compagnies d’assurance, de nouvelles formes d’entreprises (une proposition sur la question est déjà sur la table préparée par la commission présidentielle sur la réforme du droit des affaires haïtiens), le code de consommation qui ne régit pas la consommation mais plutôt le rapport entre les professionnels (avocats, commerçant… et les consommateurs). Le Code du travail mérite une modernisation car beaucoup de choses ont changé depuis sa publication et le silence qu’il affiche relativement à des coutumes qui ce sont bien installées dans le monde du travail privé : le stage, statut des employés, période probatoire ou la mise en disponibilité sans solde.

Je ne vais pas me laisser emporter par le grand nombre de choses à dire sur le droit haïtien des affaires et vous encombrer avec un article qui n’en finit pas. Le discours des candidats est donc trop populiste et parfois même utopique ou même fantasmagorique. Nous avons besoin de proposition concrète dans ce secteur, celui des affaires. Les entrepreneurs attendent avec impatience celui qui s’aura montré l’intérêt réel des hommes d’affaires dans ces promesses électorales

Mon Blog a franchi la barre des trente-trois mille (33,000) pages vues, cela me fait plaisir que vous accordez autant d’intérêts aux articles. Je vous encourage à inviter vos amis qui sont intéressés par le sujet à venir lire mon blog en partageant le lien de cet article ainsi tous les autres que vous aurez lu. Je vous remercie de toujours venir me lire en nombre cela me fait plaisir et m’encourage. Faites-moi part de vos commentaires et critiques, dites-moi ce que je dois modifier pour rendre le blog plus utile.


Me Philippe J. Volmar
Avocat-conseil